Les incubateurs en France

« Les incubateurs soutenus par le Ministère de l'ES et de la Recherche, dont fait partie l’Incubateur Paca-Est, sont au nombre de 25 en France et sont réunis au sein du réseau RETIS. »

Il existe en France de nombreux acteurs qui ont pour mission de soutenir la création d’entreprises innovantes. Tous ces acteurs agissent conjointement et collaborent au niveau local pour former la chaine de l’innovation. Les incubateurs, maillon important de cette chaine, peuvent être de différentes catégories.

Les Incubateurs

Incubateurs liés à la recherche publique (dont l’Incubateur Paca-Est)

Ces incubateurs ont été créés dans le cadre de l’appel à projets prévu par la loi sur la recherche et l’innovation (loi Allègre qui a également donné l’appellation d’incubateurs Allègre) de juillet 1999. Au nombre de 30 en France, leur mission première est de favoriser le transfert de technologies développées dans les laboratoires de recherche publics vers le privé par la création d’entreprises.

Carte RETIS

Carte de France RETIS

Ces incubateurs peuvent proposer un accompagnement, le financement de prestations extérieures telles qu’une étude de marché ou le dépôt de brevets, une intégration à leurs réseaux proches de la création d’entreprise et des locaux.

Ils fonctionnent en général sur le principe d’une avance remboursable en cas de succès.

Incubateurs d’écoles ou d’organismes de recherche

Certaines écoles d’ingénieurs et de commerce et certains centres de recherche ont mis en place des incubateurs pour accompagner les projets de création d’entreprise de leurs anciens étudiants ou de leurs chercheurs.

Ces incubateurs peuvent proposer un hébergement, un accompagnement et facilite le rapprochement entre membres du réseau.

Incubateurs liés au développement économique local

Créés par des agences de développement économique ou des pôles de compétitivité, ils peuvent s’adresser à des publics spécifiques (Réseau des pionnières pour les femmes par exemple)

Les Incubateurs privés

Ces incubateurs se différencient des premiers par leur volonté de rentabilité.

Ils fonctionnent en règle générale en prenant part au capital de la société afin de réaliser une plus-value.

Leur modèle économique ayant très difficilement survécu à l’éclatement de la bulle internet, la grande majorité de ces incubateurs ont disparus ou ce sont reconvertis en fonds d’amorçage ou dans le conseil aux entreprises.

Les autres structures d'accompagnement

Plusieurs autres organismes (publics, privés ou associatifs) participent à l'accompagnement de la création d'entreprises. Ce sont des structures publiques ou semi-publiques (Centres Européens d’entreprises et d’innovation, CCI, CRITT, etc.), BPI France, les associations (Plates-Formes d'Initiative Locale, Réseau Entreprendre, Boutiques de Gestion, etc.)

Les incubateurs sont à distinguer des pépinières et des couveuses qui agissent à des stades différents du développement des entreprises.

Notons qu'aux U.S.A. la traduction de "Incubator" est pépinière, et l'incubation à la française correspond à la "pré-incubation" anglo-saxonne.